B & B

B & B

Bouffe et bébé!

Vous me voyez sûrement venir…

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, l’excès pondéral et l’obésité des enfants sont en augmentation. Évidemment, ce phénomène n’est pas attribuable à une seule cause, mais bien à un ensemble de facteurs autant nutritionnels, environnementaux, physiologiques que culturels. Par contre, nous ne pouvons imputer les raisons de l’obésité de nos enfants qu’à des éléments externes. En tant que parent, tuteur, cousin, cousine, tante, oncle, grands-parents ou ami, nous détenons une grande responsabilité envers l’éducation de nos enfants. La sensibilisation et l’action demeurent les seuls moyens de prévenir l’obésité et le surpoids infantiles.

photo 5 avec crédit photo

Personnellement, il y a une chose qui m’échappe carrément : pourquoi donner des « cochonneries » à un enfant qui n’a même pas encore d’opinions sur ce qui est bon et sur ce qui est mauvais ? Un p’tit bout de chou de deux ans ne fait pas la différence entre une bonne compote de pommes sans sucre ajouté et une friandise chocolatée bourrée de gras trans et de sucre raffiné, alors pourquoi lui donner la friandise ?

N’éprouvez-vous pas une certaine gêne à voir vos enfants manger de la « junk » ? Il y a tellement de sensibilisation réalisée de nos jours sur l’importance d’une bonne alimentation que même le moins renseigné des parents possède un minimum de connaissances sur quoi faire et surtout, quoi ne pas faire. De plus, aujourd’hui, nous pouvons retrouver de magnifiques produits sains et équilibrés sur les tablettes du supermarché, alors même l’excuse du temps ne tient pas la route !

C’est le devoir du parent de fournir l’alimentation à l’enfant, alors c’est quoi le problème ? Pourquoi retrouve-t-on des frites et des croustilles dans les mains d’enfants qui n’ont même pas encore toutes leurs dents ? C’est tout à fait insensé ! C’est comme si on traitait les enfants d’aujourd’hui comme les mauvais maîtres traitent leurs chiens.

« Ahhhh, il fait pitié, il veut un bout de bacon… »

Ou encore…

« Lui aussi il a droit à un morceau de gâteau pour la fête de Gertrude. »

Ou pire encore…

« Si c’est bon pour moi, c’est bon pour lui ! »

TWIT ! Ce que t’as pas compris, c’est que ce n’est pas bon pour toi non plus…

En tant qu’adulte, vous pouvez ingurgiter ce qui vous plaît, c’est votre affaire et c’est vous qui subirez les conséquences de vos gestes. Mais la « merde » que vous mettez dans la bouche de vos enfants… Ce sont eux qui en paieront le prix ! C’est pas juste ! C’est tellement difficile d’être gros quand on est un enfant, vous n’avez pas idée ! On fait rire de nous, on a de la difficulté à faire les mêmes sports et activités que nos amis, les beaux vêtements ne nous font pas, se mettre en maillot de bain est une vraie torture, notre estime en prend un méchant coup avant même d’atteindre la puberté.

Et l’activité physique dans tout ça ? Je comprends que l’évolution de notre société moderne entraine la sédentarité par le développement de la technologie, mais encore là, le parent doit imposer des limites et des actions pour le bien-être de son enfant. Je ne vais pas vous écraser avec des propos scientifiques difficiles à comprendre, mais vous savez, le pourcentage de masse musculaire d’un individu a des effets primordiaux sur l’activité du métabolisme. Les muscles consomment plus d’énergie que les graisses, donc il faut tenter d’augmenter la masse musculaire des enfants afin que leur métabolisme s’active le plus possible dès la tendre enfance. En d’autres mots, cela veut simplement dire : faites bouger vos enfants !

photo 4 avec crédit photo

Ils veulent faire du karaté, inscrivez-les au karaté, ils veulent faire de la natation, inscrivez-les à des cours de natation, ils n’aiment plus ça au bout de trois mois et préfèreraient faire de la gymnastique, alors faites en sorte qu’ils fassent de la gymnastique. Vous pouvez épargner dans bien des secteurs du développement de vos enfants si vous le voulez, mais en ce qui concerne le sport et l’activité physique, vous ne devriez pas compter. Lorsqu’on est enfant, on se cherche, on se découvre et on le fait en faisant des expériences, alors ne privez pas votre enfant d’une activité sportive parce qu’il n’a pas aimé l’autre d’avant et qu’il veut en essayer une autre : il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée !

Si vous prenez les dispositions nécessaires au bonheur de votre enfant, je vous jure qu’ils vous seront très reconnaissants une fois adultes… Qui ne rêve pas d’un corps athlétique et d’une bonne santé ? Il est toujours plus difficile de changer des habitudes bien ancrées que de faire les choses naturellement et spontanément, alors faites en sorte que le sport et une saine alimentation deviennent tout naturels pour vos enfants. Qui sait, vous en ferez peut-être des athlètes olympiques !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.